Ca faisait longtemps que je n'avais pas mis une chanson, et la période étant à la mélancolie pour moi, je vous offre ce petit clin d'oeil à une partie de mes racines avec ce très beau texte du Breton Gilles Servat, Chanter la vie, l'amour et la mort (à écouter sur www.youtube.com/watch?v=33SuNjTyZ2g)...

Il y a des chansons pour bercer les enfants
D'autres qui réveillent la révolte endormie
Il y en a d'autres comme un cheval soumis
D'autres ont la violence du meutre et du sang

Chantez la vie, l'amour et la mort
Les saisons, les rêves, le travail et la grève
Aux champs, à l'usine, chantez vos efforts
La chanson peut tout dire, le meilleur, le pire

On veut la reduire à la distraction
On dit qu'elle doit nous faire oublier la vie
A qui ça profite qu'on oublie la vie
Qu'on fume du rêve, bien planant, bien con

Les chants populaires ne font pas d'exception
La joie des naissances, la pourriture des os
Des chants de travail et des chants de repos
Voilà ce qu'on trouve dans la tradition

Pour faire des chansons, pour savoir chanter
Pas la peine d'être dans le génie taille
Il faut simplement apprendre et travailler
Ce n'est ni prodige, ni facilité
On peut être heureux de savoir chanter
On peut être heureux de ce qu'on a écrit
D'avoir réussi une jolie mélodie
Mais d'être chanteur, pas de quoi se vanter

Les chanteurs ne sont pas des gens à part
Et ce qu'ils font tous, vous pouviez tous le faire
Si vous n'l'me faites plus, c'est qu'on vous a fait taire
Pour vous rendre muets, on vous donne des stars

N'admirez donc plus l'individu bourgeois
Ne laissez pas sa classe parler à votre place
Prenez la tradition et marchez sur ses traces
C'est le peuple qui parle et c'est votre voix